VOTE | 626 fans

#102 : La Route Royale

Bran est toujours inconscient après sa chute de la vieille tour. Catelyn confie alors à ses proches que l’accident de son fils a été organisé à dessein par les Lannister.

Ayant accepté le poste de Main du Roi, Ned fait route vers la capitale avec ses deux filles, la téméraire Arya et la douce Sansa. En chemin, un incident entre le prince Joffrey et le loup-géant d’Arya, traité à la légère par le Roi, n’améliore pas les relations déjà tendues entre Starks et Lannisters. Pour réparer l’offense, un des loups de la famille Stark doit être sacrifié…

De son côté, Jon Snow, le bâtard de Ned, fait route vers le Mur afin de rejoindre la Garde de Nuit. Il est accompagné par lord Tyrion, le frère de la Reine, qui tempère les espoirs de Jon quant à la gloire de la tâche qui l’attend.

Sur le continent de l’Est, les héritiers Targaryen chevauchent aux côtés du peuple dothraki. Alors que Daenerys fait de son mieux pour s’impliquer dans son nouveau rôle de Khaleesi, son frère Viserys ne pense qu’à reconquérir le Trône de Fer au plus vite.

Popularité


4.62 - 13 votes

Titre VO
The Kingsroad

Titre VF
La Route Royale

Première diffusion
24.04.2011

Première diffusion en France
12.06.2011

Vidéos

102- Sneak Preview Clip 1

102- Sneak Preview Clip 1

  

102- Sneak Preview Clip 2

102- Sneak Preview Clip 2

  

Photos promo

La cour du roi retourne à Port-Réal

La cour du roi retourne à Port-Réal

Joffrey Barathéon

Joffrey Barathéon

Jaime Lannister salue Jon Snow

Jaime Lannister salue Jon Snow

Ned Stark et Jory Cassel en route vers Port-Réal

Ned Stark et Jory Cassel en route vers Port-Réal

Les Stark sont entendus par le roi

Les Stark sont entendus par le roi

Cersei Lannister au petit-déjeuner

Cersei Lannister au petit-déjeuner

Cersei Lannister au petit-déjeuner

Cersei Lannister au petit-déjeuner

Catelyn dans la chambre de Bran

Catelyn dans la chambre de Bran

Jorah et Viserys discutent dans le camp des Dothrakis

Jorah et Viserys discutent dans le camp des Dothrakis

Catelyn trouve un cheveu blond dans la vieille tour

Catelyn trouve un cheveu blond dans la vieille tour

Catelyn et mestre Luwin veillent Bran dans le coma

Catelyn et mestre Luwin veillent Bran dans le coma

Joffrey discute avec Sansa

Joffrey discute avec Sansa

Jaime Lannister salue Jon Snow

Jaime Lannister salue Jon Snow

Ned Stark se confronte aux soldats Lannister

Ned Stark se confronte aux soldats Lannister

Sansa promène Lady

Sansa promène Lady

Sansa promène Lady

Sansa promène Lady

Ned Stark et Lady

Ned Stark et Lady

Ned et Arya sont entendus par le roi

Ned et Arya sont entendus par le roi

Diffusions

Logo de la chaîne C8

France (inédit)
Lundi 28.10.2013 à 23:45
0.54m / 8.6% (Part)

Plus de détails

Scénario: David Benioff & D.B. Weiss

Réalisation: Timothy Van Patten

Durée: 00h56m00s

Audiences US: 2.20 M

Audiences FR: 1.03 M

Sur le continent de l’Est, le Khalasar traverse la mer Dothrak depuis déjà des jours. Daenerys montre ses difficultés à s’adapter. Alors qu’elle fait une halte, ser Jorah Mormont lui conseille de boire et de manger, ce qu’elle fait après avoir accepté un morceau de viande séché dont elle ignorait jusque là qu’il s’agisse de cheval, source première des Dothrakis.

Celui-ci lui conte l’histoire narrée dans les contrées de l’Ombre, au–delà d’Asshaï,  sur une herbe  appelée la Revenante , qui tue toutes les autres plantes à proximité et  qui peut luire dans le noir. Selon la croyance des Dothrakis, le monde perdra toute vie le jour où cette plante recouvrira l’ensemble de la Terre. Avec un certain dégout, elle regarde Drogo passer sur son cheval dans la colonne de cavaliers. Jorah s’en aperçoit et lui promet qu’un jour, cette nouvelle vie lui sera plus facile.

Alors que le campement s’établit pour la nuit, Daenerys descend péniblement de cheval, harassée après une pénible chevauchée. Croisant Viserys, Jorah lui émet l’idée d’être hébergé par Illyrio Mopatis, la cité de Pentos n’étant pas si éloignée, et ainsi s’éviter également ce long voyage. Viserys décline prétextant sa volonté d’accompagner Drogo qui lui doit une armée conquérante. Imposant cela, il fait référence à l’exil de Mormont qui a été condamné à la décapitation par son suzerain Eddard Stark, pour avoir vendu des esclaves (des braconniers pris sur ses terres) et avoir ainsi enfreint la loi du Nord. Ce motif le condamnant à la fuite apparaît pour Viserys comme futile et l’assure de son abolition le jour prochain de son règne.

A Winterfell, Joffrey et son Limier assiste goguenards au réveil de Tyrion Lannister dans une des écuries des Starks après une nuit de beuverie. C’est le jour du départ de la caravane royale pour Port-Réal. Tyrion ordonne à son neveu de présenter ses hommages et regrets à la famille Stark pour le malheur qui frappe leur maison depuis la chute de leur cadet Bran qui est toujours dans le coma. Devant le refus et l’insolence de Joffrey, Tyrion le gifle à plusieurs reprises. Le Limier fait remarquer au nain que ce geste ne saurait être oublié par le futur roi, ce qui importe peu Tyrion.

Rejoignant la table et le repas de ses frère et sœur, Jaime et Cersei, Tyrion leur apprend que le jeune Bran est toujours vivant et manifeste sa hâte à ce qu’il sorte du coma, afin de raconter ce qui est arrivé, ce qui n’est pas au goût des jumeaux qui préféreraient voir les souffrances du jeune garçon s’abréger. Cersei souligne de plus la folie de son frère de vouloir aller sur le Mur, Tyrion voulant accompagner l’équipée de Benjen stark.

Au même moment, dans la chambre de Bran, sa mère Catelyn le veille sans relâche. La reine Cersei vient alors voir comment se porte le garçon toujours inconscient. Elle lui avoue avoir également la perte de son premier fils il y a des années, ce qui n’est pas pour rassurer Catelyn. Cersei est faussement compatissante.

A la forge du château, Jon assiste aux derniers ajustements d’une lame fine par le forgeron. Il est alors apostrophé par Jaime Lannister qui sur le ton constant de la provocation et de l’ironie le remercie de son engagement sur le Mur pour défendre les terres du royaume.

La lame forgée est en fait un présent qu’il offre à Arya alors que celle-ci tente te rassembler ses affaires car le départ pour Port-Réal est imminent. Elle accompagne en effet son père Eddard ainsi que sa sœur Sansa dans la capitale. Arya est enchantée et touchée par ce cadeau d’adieu de son frère. Elle décide de nommer sa lame Aiguille

Jon tient également à faire ses adieux à Bran. Il entre ainsi dans sa chambre où l’accueil glacial de Catelyn est direct. Il part pour le Mur après avoir convaincu son oncle Benjen de vouloir devenir membre de la Garde de Nuit. Catelyn lui somme alors de partir alors qu’entre à son tour Ned. Jon sort sans un mot de plus, laissant les deux époux seuls. Catelyn rappelle à son mari qu’il y a dix-sept années de cela, il avait suivi Robert Baratheon dans sa rébellion et qu’il était revenu avec un fils illégitime, Jon, dans les bras. Elle lui reproche de nouveau de partir, ce à quoi Ned répond par son impossibilité à refuser.  Les adieux sont terribles pour Catelyn qui fond en larmes.

Robb et Jon se séparent également après une étreinte fraternelle sincère.

Alors que la colonne royale prend la route vers Port-Réal, Jon Snow et les hommes de la Garde de Nuit, eux, s’apprêtent à suivre la piste du Mur. Eddard lui confie avant de se séparer qu’il considère Jon comme un Stark, son fils. Ce dernier le questionne sur sa mère. Eddard lui affirme qu’à leur prochaine rencontre, il répondra à toutes ses questions.

Lors d’une halte, le roi Robert et Eddard évoquent de vieux souvenirs communs de chevauchées et de filles connues à l’époque, relançant le sujet sur une femme, Wayla,  avec qui Ned aurait eu une relation à l’époque et qui serait la mère de Jon. Eddard se rembrunit et dévie la conversation. Robert en profite pour lui faire part d’un message reçu qui annonce le mariage de Daenerys Targaryen avec Khal Drogo  sur le continent de l’Est. Robert y voit une menace d’invasion et le risque de voir naitre une nouvel héritier prétendant au trône légitime. Il préconise l’assassinat de la jeune fille, ce à quoi s’oppose Ned qui considère cet acte comme vil, la menace d’invasion restant infondée. La colère de Robert est démesurée et annonce qu’une guerre est imminente.

Du côté des Dothakhis, Daenerys subit les assauts sexuels de son mari toujours difficilement. Et c’est dans ses larmes que se finissent toujours leurs ébats.

Sur la route du Mur, Jon observe avec une certaine réticence ses compagnons de route : voleurs et rebus de la société qui s’en vont au Mur. Tyrion lui fait remarquer qu’ils seront bientôt ses nouveaux frères liés par le serment de la Garde. Jon reste sceptique et change de conversation. Il questionne Tyrion sur ses lectures nombreuses. Tyrion, lucide, lui fait part de sa condition de nain, qui n’apparaît pas facile malgré le nom de Lannister porté. Bien au contraire puisqu’il doit subir en plus de son handicap les exigences dûes à sa prestigieuse famille qui le considère comme moins que rien. Aussi, sa seule arme qu’il apparait lui être possible d’utiliser reste l’esprit et l’intelligence qu’il forge avec les livres.

A son tour, Tyrion demande à Snow de lui conter son histoire… Histoire qu’il réduit à un ironique engagement dans la Garde de Nuit. Cela déplait à Snow qui voit dans la Garde encore une défense contre des attaques de tous genres. Tyrion, lui, ne croit pas à toutes les histoires fantastiques décrites sur les Marcheurs Blancs et autres créatures au-delà du Mur.

A Winterfell, Catelyn ne cesse de veiller Bran sans relâche. Mestre Luwin entre dans la chambre demander conseil auprès de la maitresse des lieux. Mais Cat n’a que faire de la gestion du domaine. Robb, son aîné, intervient alors. Il fait remarquer à sa mère qu’elle doit s’occuper aussi du reste et lui demande de l’aider car il se sent démuni pour prendre en main seul Winterfell, ainsi que de s’occuper de son dernier frère Rickon.

Alors qu’ils discutent, Robb ouvre la fenêtre et aperçoit des flammes s’élevant dans une partie du château. Il se précipite hors de la chambre, laissant sa mère et Bran seuls. Surgit une ombre dans la pièce armée d’un poignard. Catelyn se jette sur lui pour protéger son fils. Elle subit de graves lésions aux mains. Tandis que l’homme se défait de Cat et se dirige vers Bran, le loup de ce dernier saute sur l’agresseur et le tue.

Sur le continent de l’Est, le Khalasar de Drogo continue son chemin vers Vaes Dothrak. Daenerys fait panser ses blessures. Elle questionne les servantes sur la légende des dragons. L’une d’elles, Doreah,  lui fait part d’une histoire qu’un marchand de Quarth lui a racontée. Lors de la conversation, Daenerys apprend que celle–ci était vendeuse de plaisirs et lui demande de lui apprendre à combler les desirs du Khal.

Enfin, la troupe de voyageurs arrive au pied du Mur et de Chateaunoir.

A Winterfell, pendant ce temps, Catelyn se rend sur les lieux de la chute de son fils. Elle monte dans la tour abandonnée et se laisse abandonner à la mélancolie. En repartant, elle trouve sur le sol un long cheveu doré.

Dans le bois sacré du domaine, elle réunit alors  Robb, Rodrik Cassel (le maître d'armes du château), mestre Luwyn et Theon Grejoy, pour leur faire part de ses soupçons pesant sur les Lannisters qu’elle accuse être à l’origine de la tentative d’assassinant de Bran. Le poignard richement décoré semble confirmer la thèse d’un complot. Mestre Luwyn calme les ardeurs guerrières des deux jeunes hommes et conseille de prévenir Eddard à Port-Réal. Catelyn décide de s’y rendre elle-même. Elle part alors que son fils est toujours dans le coma.

Daenerys, quant à elle, fait l’apprentissage des choses de l’amour avec l’aide de Doreah, qui lui confie les gestes à savoir. Elle lui indique que c’est elle qui peut avoir le pouvoir sur le puissant Drogo si elle sait s’y prendre. La jeune femme va vite avoir l’occasion de mettre en pratique ces conseils, alors que Drogo apparaît le soir dans la tente. D’abord surpris, l’homme se laissera dompter par son épouse qui prend le dessus.

Le convoi royal chemine toujours sur la route vers la capitale. Lors d’un arrêt, alors que Sansa, la fille aînée de lord Stark se promène en compagnie de sa louve Lady, elle se heurte à ser Illyn Payne, bourreau muet du roi qui l’effraie. Le prince Joffrey s’interpose dans cette rencontre inopinée et chasse l’homme ainsi que son Limier. Il propose à Sansa une galante promenade, ce qui est loin de déplaire à la jeune fille.

Alors qu’ils suivent la rivière, ils sont attirés par des bruits de lutte. Ce n’est qu'Arya, la sœur de Sansa, qui s’exerce avec un bâton de bois avec un jeune garçon. Voyant là un moyen de montrer sa force, Joffrey sort son épée et menace le garçon. Arya, furieuse, bouscule le prince et lui prend son épée qu’elle jette dans la rivière. Menaçant à son tour la fillette, Joffrey se fait attaquer par la louve d’Arya qui veut la protéger. Joffrey, blessé à la main, refuse l’aide de Sansa, tandis qu'Arya et sa louve Nyméria s’enfuient. A contrecœur, Arya doit faire fuir sa louve qui risque la mort.

Les recherches continuent pour retrouver la fillette qui est conduite directement devant le Roi sur ordre de la Reine. Eddard, furieux, retrouve sa fille devant Robert. La Reine accuse Arya d’avoir attaqué Joffrey. Sansa est appelée à témoin, mais elle ne prend pas parti pour sa sœur, prétextant une perte de mémoire. La Reine réclame justice pour son fils avec la mort de la louve. Celle-ci demeurant introuvable, elle suggère de tuer une autre louve... celle de Sansa. Eddard est obligé d’accepter la sentence prononcée par un roi qui n’en a cure, et procèdera lui–même à son exécution. Eddard croisera auparavant le Limier qui, de son côté, a tué Mycah, le jeune garçon menacé par Joffrey.

A l’instant de la mise à mort de Lady, à des centaines de kilomètres de là, sur les terres de Winterfell, Bran Stark ouvre les yeux.

MER DOTHRAKI

Jorah : Il faut boire, enfant... et manger.

Daenerys : Il n’y a pas autre chose ?

Jorah : Les dothrakis possèdent deux choses en abondance... l’herbe et les chevaux... On ne se nourrit pas d’herbe. Dans les contrées de l’ombre, au-delà d’Asshaï, l’on dit que pousse une herbe appelée « la revenante ». Ses tiges, pales comme du lait, luisent dans le noir. Elle tue toutes les autres plantes. Les dothrakis pensent que le jour viendra où elle recouvrira le monde, alors toute vie disparaîtra. Un jour, ce sera facile...

Irri : Khaleesi !

Jorah : Nous sommes encore à proximité de Pentos, Monseigneur. Maître Illyrio vous a offert l’hospitalité ; ce serait plus confortable chez lui.

Viserys : Je ne cherche ni hospitalité, ni confort. Je ne quitterai Drogo que lorsqu’il aura tenu sa parole et rendu ma couronne.

Jorah : Si telle est votre volonté...

Viserys : Oui, Mormont. Aussi pénible que puisse être la vie, je la préfère encore à une décapitation. Qu’avait Ned Stark contre vous ? Vous avez acheté des esclaves ?

Jorah : Non, j’en ai vendu... Des braconniers arrêtés sur mes terres.

Viserys : Sous mon règne, on ne sera pas puni pour de telles sottises... Soyez-en assuré.

 

WINTERFELL.
Cour du château.

Joffrey : Ces chiennes sont-elles plus belles que celles dont vous avez l’habitude, mon oncle ? Ma mère vous cherche. Nous partons pour Port-Réal aujourd’hui.

Tyrion : Avant de partir, tu iras chez Lord et Lady Stark pour les assurer de ta sympathie.

Joffrey : Quel bien ma sympathie leur fera-t-elle ?

Tyrion : Aucun. Mais tu iras par devoir. Ton absence a déjà été remarquée.

Joffrey : Le petit Stark n’est rien pour moi. Les gémissements des femmes m’insupportent.

Tyrion : Un mot de plus, neveu, et je te gifle encore.

Joffrey : Je vais le dire à mère.

Tyrion : Cours ! File le lui dire ! Mais va d’abord chez Lord et Lady Stark. Tu tomberas à genoux devant eux en leur disant à quel point tu compatis à leur douleur. Que tu es leur serviteur et que tes prières les accompagnent. Tu as entendu ?

Joffrey : Vous n’avez pas le droit !

Tyrion : Est-ce que tu as entendu ?

Le limier : Le prince va se souvenir de cela, petit seigneur.

Tyrion : Je l’espère bien. Soit un bon chien et rappelle le lui, s’il l’oublie... Aarh, il est l’heure de manger.

 

Grande salle.

Tyrion : Du pain ! Et deux petits poissons !... Et une chope de bière brune pour faire passer le tout. Et aussi, du lard bien brûlé.

Jaime : Mon petit frère.

Tyrion : Ma famille bien-aimée.

Myrcella : Est-ce que Bran va mourir ?

Tyrion : Il semble que non.

Cersei : Comment le sais-tu ?

Tyrion : Le mestre dit qu’il peut survivre

Cersei : Il est tellement cruel de laisser un enfant souffrir de la sorte.

Tyrion : Les certitudes appartiennent aux dieux. Nous autres, mortels, ne pouvons que prier. Les charmes du Nord n’ont pas l’air de beaucoup te séduire.

Cersei : Je n’arrive pas à croire que tu y vas. Même pour toi, c’est du plus haut ridicule.

Tyrion : N’es-tu donc plus capable de t’émerveiller ? On y voit les plus grands édifices jamais construits. Les hommes intrépides de la Garde de nuit. C’est aussi le séjour glacial des marcheurs blancs, grrr...

Jaime : Dis-moi que tu ne songes pas à revêtir l’habit noir ?

Tyrion : Et rester chaste pour la vie ? Les gueuses devraient aller mendier de Dorne à Castral Roc. Je veux seulement me percher tout en haut du Mur... et pisser sur les confins du monde.

Cersei : Les enfants n’ont pas à entendre ces horreurs. Allons nous-en !

Jaime : Même si le garçon survit, il restera infirme, difforme. Je préfère une belle mort... décente.. et nette.

Tyrion : En matière de difformité, permets-moi de te contredire. La mort est définitive, tandis que la vie... la vie est riche en possibilités. J’espère qu’il reviendra à lui. Je suis curieux d’entendre ce qu’il aura à dire.

Jaime : Mon cher frère... j’en viens parfois à me demander dans quel camp tu es.

Tyrion : Que tu es blessant, mon cher frère. Tu sais à quel point j’aime ma famille.

 

Chambre de Bran.

Cersei : Restez assise !

Cat : Ma tenue n’est pas convenable, Majesté.

Cersei : Vous êtes chez vous, je ne suis que votre invitée. Il est beau comme le jour. J’ai perdu mon premier fils, un ange aux cheveux noirs. Lui aussi était un brave, il s’est battu contre la fièvre qui l’avait pris... Pardonnez-moi ! Ce n’est pas ce que vous souhaitez entendre maintenant.

Cat : Je n’en savais rien.

Cersei : C’était il y a des années. Robert était fou de douleur, il frappait les murs à s’en briser les mains. Ce que font les hommes pour vous montrer combien ils souffrent... Mon fils lui ressemblait tant... Ce petit être.. Un oisillon sans duvet... Ils sont venus prendre son corps et Robert m’a tenue. J’ai crié, je me suis débattue, mais il me tenait. Ce petit bout d’homme... ils l’ont emmené et je ne l’ai jamais revu. Je ne suis jamais allée dans la crypte non plus... Je prie « la mère » chaque matin et chaque soir pour qu’elle rende votre enfant.

Cat : Je vous en remercie.

Cersei : Elle m’écoutera peut-être cette fois.

 

Cour du château.

Jaime : Une épée pour le Mur ?

Jon : J’en ai déjà une.

Jaime : Tu fais bien. Tu t’en es déjà servi ?

Jon : Oui, évidemment.

Jaime : Je voulais dire, pour combattre. C’est étrange la première fois qu’on blesse un homme. On réalise qu’on est rien d’autre que des sacs de viande, du sang et quelques os pour que l’ensemble tienne debout. Permets-moi de te remercier par avance, de nous garder de tous les périls venus d’au-delà du Mur, des sauvageons, des marcheurs blancs et autres créatures. Nous avons de la chance que des hommes valeureux comme toi nous protègent.

Jon : Nous gardons les royaumes depuis 8000 ans.

Jaime : Déjà ! Tu emploies le mot « Nous » ! Aurais-tu prononcé tes vœux ?

Jon : Je le ferai bientôt.

Jaime : Salue pour moi la Garde de nuit. Ce sera sans nul doute exaltant de servir dans cette noble troupe et si ça n’était pas le cas... cela ne durera qu’une vie.

 

Chambre d’Arya.

Arya : Merci, Nymeria... Septa Mordane veut que je recommence. Mes affaires ne sont pas pliées correctement, dit elle. Elles seront chiffonnées de toute façon, qu’est-ce que ça peut bien faire ?

Jon : Tu as de l’aide, heureusement.

Arya : Oui, regarde ! Nymeria, les gants !

Nymeria : …

Jon : Impressionnant !

Arya : Silence, toi ! Nymeria, les gants !

Nymeria : ???

Jon : Je t’ai apporté quelque chose. Il faudra l’emballer en faisant très attention.

Arya : Un présent ?

Jon : Ferme la porte !... Ceci n’est pas un jouet. Attention, ne te blesse pas !

Arya : Elle est toute fine.

Jon : Comme toi. Faite pour toi toute seule, par le forgeron. Avec elle, tu ne couperas pas la tête à un homme, mais tu le perceras de trous si tu es rapide.

Arya : Je sais être rapide.

Jon : Il te faudra t’entraîner tous les jours. Elle te convient ? Elle te paraît équilibrée ?

Arya : Je crois, oui.

Jon : Première leçon : tu les piques avec la pointe.

Arya : Je sais de quel côté on s’en sert !

Jon : Tu vas me manquer... Fais attention !... Toutes les bonnes lames ont des noms, tu sais.

Arya : Sansa continuera à coudre avec ses aiguilles... et j’aurai mon « Aiguille » à moi.

 

Chambre de Bran.

Jon : Je veux faire mes adieux à Bran.

Cat : Eh bien, voilà qui est fait.

Jon (à Bran) : J’aurais voulu être près de toi à ton réveil. Je pars vers le nord avec oncle Benjen. Je revêts l’habit noir. Je sais que nous rêvions de voir le Mur ensemble, mais tu pourras me rendre visite à Châteaunoir quand tu iras mieux. D’ici là, j’aurai tout exploré. Je serai devenu frère juré de la Garde de nuit... Nous pourrons même nous promener au-delà du Mur si tu n’as pas peur.

Cat : Je veux que tu partes !

Cat (à Ned) : Il y a 17 ans, tu as voulu suivre Robert Baratheon. Tu es revenu avec le fils d’une autre femme un an plus tard... Et encore une fois, tu t’en vas.

Ned : Je n’ai pas le choix, Cat.

Cat : C’est ce que disent les hommes quand il leur faut suivre la voie de l’honneur. C’est ce que vous dites à vos familles, c’est ce que vous vous dites à vous-mêmes. Pourtant, tu l’as, le choix ! Ce choix, tu le fais !

Ned : Cat...

Cat : Je ne peux pas... J’en suis incapable.

Ned : Tu le peux !... Et tu le dois.

 

Cour du château.

Robb : Tu as dit au revoir à Bran ?... Il ne mourra pas, je le sais .

Jon : Il est difficile de tuer un Stark.

Robb : Et ma mère ?

Jon : Très aimable.

Robb : Tant mieux. Quand on se reverra, tu porteras l’habit noir.

Jon : J’ai toujours aimé cette couleur.

Robb : Porte-toi bien, Snow.

Jon : Toi aussi, Stark.

 

ROUTE ROYALE.

Au-dehors de Winterfell.

Ned : C’est un grand honneur de servir dans la Garde de nuit. Les Starks gardent le Mur depuis des milliers d’années... Et tu es un Stark. Tu ne portes peut-être pas mon nom, mais mon sang coule dans tes veines.

Jon : Ma mère est-elle encore vivante ? Sait-elle quelle est ma vie ? Où je suis ? Où je vais ?... S’en enquiert-elle ?

Ned : A notre prochaine rencontre, nous parlerons de ta mère... oui, je te le promets.

 

Sur la route.

Robert : Par tous les dieux, en voilà un pays ! Je serais bien tenté de les planter là et de poursuivre cette route.

Ned : Je serais bien tenté de t’accompagner.

Robert : Qu’en dis-tu ? Toi et moi, seuls sur la route royale, notre épée au côté, deux petites jeunesses pour réchauffer notre couche ce soir.

Ned : Tu aurais dû me le proposer il y a vingt ans.

Robert : Ha ! Il y avait des guerres à mener et des femmes à épouser. Nous n’avons pas eu l’occasion d’être jeunes.

Ned : Je me souviens de certaines occasions.

Robert :Ha, ha, ha, ha, ha !! Y’en avait une... Quel était donc son nom ? Tu sais, ta paysanne... Becka ? Elle avait de si gros tétons qu’on aurait pu y enfouir sa tête en entier.

Ned : Bessy. C’était l’une des tiennes, celle-là.

Robert : Bessy ! Quel cadeau des dieux que cette Bessy... Elle et ses tétons.

Ned : Ha, ha, ha, ha, ha !

Robert : La tienne, c’était... Alynna. Non, non, non, tu me l’avais dit... Meryl ? La mère de ton bâtard.

Ned : Wylah.

Robert : Voilà, c’est cela. Ce devait être une rareté pour que Lord Eddard Stark en oublie son honneur. Jamais tu ne me l’as décrite.

Ned : Jamais je ne le ferai.

Robert : Nous faisions la guerre. Aucun de nous ne savait s’il rentrerait un jour. Tu es trop dur envers toi-même, tu l’as toujours été. Sur ma vie, si je n’étais ton roi, tu m’aurais frappé depuis longtemps.

Ned : Depuis ton couronnement, ce qui me chagrine, c’est que je n’aurai plus jamais le droit de le faire.

Robert : Crois-moi, ce n’est pas ce qui devrait te chagriner le plus. Un messager est arrivé cette nuit.

Ned : Daenerys Targaryen a épousé un seigneur dothraki, en quoi cela nous concerne-t-il ? Doit-on lui envoyer un cadeau ??

Robert : Un couteau, oui, peut-être ! Une bonne lame tranchante et un homme brave pour la manier.

Ned : Elle est à peine sortie de l’enfance.

Robert : Bientôt, cette enfant écartera les jambes et commencera à pondre.

Ned : L’idée de tuer un enfant est effroyable.

Robert : Hmm, c’est cela qui te semble effroyable ? C’est ce que son père a fait à ta famille qui est effroyable !... Et ce que Rhaegar Targaryen a fait à ta sœur, à la femme que j’aimais ! Je tuerai tous les Targaryen que je pourrai atteindre.

Ned : Celle-ci risque d’être difficile à atteindre.

Robert : Ce Khal Drogo... On dit qu’il y a 100 000 hommes dans sa horde.

Ned : Même un million de dothrakis ne constituent pas une menace, tant qu’ils demeurent sur l’autre rive du Détroit. Ces gens-là n’ont jamais eu de bateau.

Robert : Il y en a encore dans les sept royaumes qui m’appellent « l’usurpateur ». Si le gueux Targaryen traverse avec une horde dothraki pour l’appuyer, toutes les crapules vont le suivre.

Ned : Jamais il ne traversera. Nous le rejetterions sans peine à la mer s’il le tentait.

Robert : La guerre se prépare, Ned. Je ne sais ni quand ça sera, ni quels seront les combattants, mais la guerre viendra.

 

MER DOTHRAKI.

Drogo copule violemment avec Daenerys, tandis que celle-ci observe ses œufs de dragons.

 

ROUTE DU NORD.

Benjen : Assis, tous les deux !

Tyrion : Ils sont entiers... Des violeurs... On a dû leur donner à choisir, sans doute, la castration ou le Mur. La plupart choisissent le couteau. Tu n’as pas une bonne impression de tes nouveaux frères ? Ce qui est merveilleux avec la Garde, c’est qu’on se défait de son ancienne famille et qu’on en récolte une nouvelle.

Jon : Pourquoi lisez-vous autant ?

Tyrion : Regarde-moi et dis-moi ce que tu vois.

Jon : C’est un piège ?

Tyrion : C’est un nain que tu vois. Si j’étais né paysan, on m’aurait laissé mourir dans la forêt. Hélas, je suis né Lannister de Castral Roc. On attend de moi certaines choses. Mon père a été la Main du roi pendant vingt ans.

Jon : Jusqu’à ce que votre frère tue ce roi.

Tyrion : Oui. En effet, jusqu’à ce que mon frère le tue. La vie nous réserve toutes sortes de petites ironies comme celle-là. Ma sœur a épousé le nouveau roi et mon abominable neveu sera roi après lui. Je dois faire ce que je peux pour l’honneur de ma maison, ne penses-tu pas ? Mais que puis-je ? Vois-tu, mon frère use de son épée, moi de mon esprit, et l’esprit s’aiguise avec les livres comme l’épée avec la pierre. Voilà pourquoi je lis autant, Jon Snow... Et toi ? Conte-moi ton histoire, bâtard.

Jon : Demandez-le-moi gentiment et peut-être que je le ferai, nain.

Tyrion : Un bâtard mâle, sans espoir d’héritage, qui part rejoindre l’ordre ancien de la Garde de nuit, chevauchant aux côtés de ses valeureux frères d’armes.

Jon : La Garde de nuit protège le royaume contre tous les...

Tyrion : … Oh oui, oui... contre les hippogriffes, les vouivres et autres monstricules contre lesquels ta nourrice t’a mis en garde. Tu es un garçon intelligent, tu ne crois tout de même pas à ces âneries ?... Tout va mieux avec du vin dans la bedaine.

 

WINTERFELL.
Chambre de Bran.

Mestre Luwyn : Il faut que nous examinions les comptes, Dame. Ainsi vous saurez combien nous a coûté cette royale visite.

Cat : Voyez cela avec Poole.

Mestre Luwyn : Poole voyage vers le sud avec Lord Stark, Madame. Il nous faut un nouveau régisseur, et il y a d’autres nominations qui requièrent que l’on s’en...

Cat : Je me moque des nominations !

Robb : Laissez, je m’en chargerai. Nous en parlerons dès demain matin.

Mestre Luwyn : Parfait, Monseigneur... Madame.

Robb : Depuis quand êtes-vous cloîtrée dans cette chambre ?

Cat : Il faut que je prenne soin de lui.

Robb : Il ne va pas mourir, Mère ! Mestre Luwyn dit que le moment critique est passé.

Cat : Et s’il se trompait ? Bran a besoin de moi !

Robb : Rickon a besoin de vous ! Il a six ans. Il ne comprend pas ce qui lui arrive. Il me suit toute la journée, accroché à ma jambe, en pleurs.

Cat : Ferme cette fenêtre ! Je n’en peux plus, par pitié, fais-les taire !

Robb : Le feu ! Restez ici, je reviens !

L’assassin : Vous ne deviez pas être là. Il ne devait y avoir personne. Ce n’est que miséricorde, il est déjà mort.

Cat : Non !

 

MER DOTHRAKI.

Daenerys : En avez-vous vu, des dragons ?

Irri : Dragons partis, Khaleesi.

Daenerys : Il n’y en a nulle part ? Pas même dans l’est ?

Irri : Plus de dragons. Hommes courageux les tuer, c’est ainsi.

Jhiqui : C’est ainsi.

Doreah : Un marchand de Qarth m’a dit que les dragons venaient de la Lune

Daenerys : Vraiment ?

Doreah : Il m’a dit que la Lune était un œuf, Khaleesi. Il fût un temps où il y avait deux lunes dans le ciel, mais l’une d’entre elles s’aventura trop près du Soleil et la chaleur la fit éclater. Alors, il en jaillit un millier de milliers de dragons et ils burent le feu du Soleil.

Irri : Lune, pas un œuf. Lune est déesse, épouse du Soleil, c’est ainsi.

Jhiqui : C’est ainsi.

Daenerys : Laissez-moi avec elle... Pourquoi le marchand de Qarth t’a-t-il raconté ces histoires ?

Doreah : Les hommes parlent lorsqu’ils sont comblés. Avant que votre frère ne m’achète pour vous, mon travail était de combler les hommes.

Daenerys : Tu avais quel age ?

Doreah : J’avais neuf ans quand ma mère m’a vendue à la maison de plaisir.

Daenerys : Neuf ans ?

Doreah : Je n’ai pas touché un homme pendant trois ans, Khaleesi. D’abord, il faut apprendre.

Daenerys : Peux-tu m’apprendre comment faire pour que le Khal soit comblé ?

Doreah : Oui.

Daenerys : Me faudra-t-il trois ans ?

Doreah : Non.

 

ROUTE DU NORD.
Châteaunoir.

Benjen : Bienvenue !

 

WINTERFELL.
Vieille tour.

Cat inspecte les lieux et découvre un long cheveu blond.

 

Bois sacré.

Cat : Ce que je m’apprête à vous dire doit rester strictement entre nous. Je ne crois pas que Bran soit tombé de cette tour. Je crois que quelqu’un l’en a poussé.

Mestre Luwyn : Cet enfant a toujours eu le pied très sûr.

Cat : On a donc tenté de le tuer par deux fois. Pourquoi ? Pourquoi assassiner un enfant innocent ? A moins qu’il ait vu une chose que peut-être il ne devait pas voir.

Theon : Quelle chose, Madame ?

Cat : Je n’en sais rien... mais sur ma vie, les Lannisters y sont sûrement pour quelque chose. Nous avons toutes les raisons de mettre en doute leur loyauté envers la couronne.

Rodrick : Avez-vous vu ce que l’assassin avait comme poignard ? L’arme est bien trop belle pour un homme comme lui. La lame est faite d’acier valyrien, la poignée est en os de dragon. On le lui a donné, sans nul doute.

Robb : Nous les invitons sous notre toit et ils font tout pour tuer mon frère. Si c’est la guerre qu’ils veulent...

Theon : Si on en vient à cela, mon bras vous appartient !

Mestre Luwyn : Theon ! Va-t-on devoir se battre dans le bois sacré ? Hein ? Il est aisé de passer d’un discours guerrier à des actes de guerre. Nous ne connaissons pas encore la vérité. Lord Stark doit être prévenu de tout ceci.

Cat : Mais je ne veux pas confier à un corbeau un tel message.

Robb : J’irai à Port-Réal.

Cat : Non ! Il doit toujours rester un Stark à Winterfell. C’est moi qui m’y rendrai.

Robb : Mère, c’est trop risqué.

Cat : J’irai !

Rodrick : J’enverrai Al avec une escouade pour vous escorter.

Cat : Une troupe nombreuse éveillerait trop l’attention. Je veux que les Lannisters ignorent ma venue.

Rodrick : Laissez-moi au moins vous accompagner. La route royale est trop dangereuse pour une femme seule.

Robb : Et que fait-on pour Bran ?

Cat : J’ai prié les sept dieux depuis plus d’un mois. Maintenant, la vie de Bran est entre leurs mains.

 

Chambre de Bran.

Cat embrasse son fils avant de partir pour la capitale.

 

MER DOTHRAKI.

Doreah : Non, Khaleesi. Vous devez toujours le regarder dans les yeux. L’amour entre par les yeux. On raconte qu’Irogenya de Lys finissait un homme uniquement avec ses yeux.

Daenerys : Comment finit-on un homme ?... Oh !

Doreah : Les rois venaient de l’autre bout du monde pour une nuit avec Irogenya. Les maîtres vendaient leur palais, les khals brûlaient leurs ennemis pour passer ne fussent que quelques heures avec elle. On dit que mille hommes l’ont demandée en mariage et qu’elle les a tous refusés.

Daenerys : Elle doit être fascinante, cette femme ? Je ne crois pas que Drogo aimera que je me mette au-dessus de lui.

Doreah : Vous lui apprendrez à aimer cela, Khaleesi. Les hommes aiment ce qu’ils n’ont jamais eu. Les dothrakis prennent les esclaves comme le limier prend sa femelle. Êtes-vous une esclave, Khaleesi ?... Alors ne faites pas l’amour comme une esclave. C’est bien, Khaleesi ! Là, dehors, il est le puissant Khal... mais sous cette tente, il vous appartient.

Daenerys : Je ne crois pas que l’on fasse comme cela chez les dothrakis.

Doreah : S’il voulait faire comme chez les dothrakis, pourquoi vous a-t-il épousée ?

 

Daenerys : Non !... Non !... {langage dothraki} Ce soir, je regarderai ton visage.

 

ROUTE ROYALE.
A l’auberge.

Sansa (à Ilyn Payne) : Oh ! Pardonnez-moi, Ser !

Le Limier : Je vous fais si peur que cela, demoiselle... ou tremblez-vous à cause de lui ? Moi aussi, il m’effraie. Regardez donc ce visage.

Sansa (à Payne) : Si je vous ai offensé, je le regrette, Ser... (au Limier) Pourquoi ne me parle-t-il pas ?

Le Limier : Il est d’humeur taciturne depuis plus de vingt ans, depuis que le roi fou lui a fait arracher la langue avec des pinces.

Joffrey : Il parle très bien avec son épée... Ser Ilyn Payne, justicier du roi... le bourreau royal. Qu’y a-t-il, douce dame ? C’est le Limier qui vous effraie ?... (au Limier) Alors, vas-t-en, chien, tu effraies ma gente dame ! (à Sansa) Je n’aime pas voir votre front s’assombrir. Voilà enfin le soleil, allons marcher ensemble.

Sansa : Lady, reste là.

 

Au bord de la rivière.

Sansa : Je ne devrais pas boire plus de vin. Père ne nous donne le droit qu’à une coupe au festin.

Joffrey : Ma princesse a le droit de boire autant qu’elle le veut... N’ayez pas d’inquiétude. Avec moi, vous ne craignez rien.

Micah : Je t’aurai.

Sansa : Arya ??

Arya : Aie !! Qu’est-ce que vous faites là ? Allez-vous-en !

Joffrey : Votre sœur ? Et toi, qui es-tu, petit ?

Micah : Micah, Monseigneur.

Sansa : C’est le fils du boucher.

Arya : C’est surtout mon ami.

Joffrey : Un fils de boucher qui veut devenir chevalier, alors. Prends ton épée, petit boucher. Voyons comment tu t’en sers.

Micah : Elle me l’a demandé, Monseigneur. Elle me l’a demandé.

Joffrey : Je suis ton prince... pas ton seigneur. Et je t’ai dit de... de prendre ton épée.

Micah : Ce n’est pas une épée, mon prince, seulement un bâton.

Joffrey : Et toi, tu n’es pas chevalier. Seulement un fils de boucher... C’est la sœur de ma dame que tu frappais, tu le sais ?

Arya : Assez maintenant !

Sansa : Arya, reste en dehors de ça !

Joffrey : Je ne vous l’abîmerai pas trop...

Sansa : Arya !!

Joffrey : Sale petite traînée !

Sansa : Non, vous êtes fous, ne faites pas ça ! Vous gâchez tout ! Arrêtez de vous battre, vous gâchez tout !!

Joffrey : Je vais te sortir les tripes, sale petite garce !

Sansa : Arya !

Arya : Nymeria !

Sansa : Arya !!

Arya : Nymeria !!

Joffrey : Non ! Non ! Pitié, ne faites pas de mal !

Sansa :Arya, je t’en prie, laisse-le !... (à Joffrey) Mon prince ! Mon pauvre prince ! Que vous ont-ils fait ? Restez là. Je vais rentrer chercher du secours.

Joffrey : Eh bien, allez-y !... Et ne me touchez pas !

 

Arya (à Nymeria) : Il faut que tu te sauves. Ils vont te tuer parce que tu as blessé Joffrey... Va-t’en ! Sauve-toi !... Va-t’en ! Pars, je te dit ! Maintenant !!... Va t’en !!

 

Ned :Arya !... Arya !... Arya !!

Jory : Monseigneur !... Monseigneur !? On l’a retrouvée. Elle va bien.

Ned : Où est-elle ?

Jory : Elle a été conduite directement devant le roi.

Ned : Qui l’a emmenée ?

Jory : Les gardes des Lannisters.

Ned : Bien, rentrons !

Jory : La reine a donné l’ordre de la conduire devant lui.

Ned : Rentrons !! On rentre tous à l’auberge ! Que tout le monde rentre !

 

A l’auberge.

Arya : Pardonnez-moi, pardonnez-moi, pardonnez-moi !

Ned : Tu es blessée ?

Arya : Non.

Ned : Ne t’inquiètes pas. (au roi) Que signifie tout cela ? Pourquoi ne m’a-t-on pas ramené ma fille immédiatement ?

Cersei : Comment osez-vous parler à votre roi de cette manière ?

Robert : Silence, femme ! (à Ned) Je suis navré, Ned. Je ne voulais pas effrayer ta fille, mais il faut régler cette affaire sans délai.

Cersei : Votre fille et son boucher ont attaqué mon fils, et son animal féroce a essayé de lui arracher le bras.

Arya : C’est faux ! Elle l’a... un peu mordu, c’est tout. Il faisait mal à Micah.

Cersei : Joff m’a dit ce qui s’était passé. Toi et ce boucher, vous l’avez battu et tu as ordonné à ton loup de l’attaquer.

Arya : Cela ne s’est pas passé comme ça.

Joffrey : Mais si ! Ils m’ont attaqué et elle a jeté mon épée dans la rivière.

Arya : Menteur !

Joffrey : Plus un mot !

Robert : Assez !! Lui me dit une chose, elle m’en dit une autre. Que les sept enfers m’engloutissent ! Comment savoir qui dit la vérité ? Où est ton autre fille, Ned ?

Ned : Dans son lit, endormie.

Cersei : Elle est ici. Sansa ? Viens, ma douce.

Robert : Viens, enfant. Dis-nous ce qui est arrivé. Je veux la vérité, parle sans rien omettre. C’est un grand crime de mentir à ton roi.

Sansa : Je ne sais plus. Je ne me rappelle pas, tout s’est passé si vite... Je n’ai rien vu.

Arya : Menteuse !! Menteuse !! Menteuse !! Menteuse

Sansa : C’est toi la menteuse !

Arya : Menteuse !!

Ned : Assez, toutes les deux ! Suffit !

Sansa : Arrête ! Lâche-moi, tu me fais mal !

Arya : Menteuse !

Ned : Arrêtez ! Arya !!

Cersei : Elle est aussi sauvage que son animal. Je veux qu’elle soit punie.

Robert : Que me conseilles-tu, femme ? De la faire fouetter en public ? Ce n’est qu’une querelle d’enfants, l’incident est clos !

Cersei : Joffrey en portera les cicatrices le restant de sa vie.

Robert (à Joffrey) : Tu as laissé cette petite fille te prendre ton épée ?... (à Ned) Ned ! Veille à ce que ta fille soit disciplinée, je ferai de même pour mon fils.

Ned : Avec joie, Majesté.

Cersei : Et qu’en sera-t-il du loup géant ? De ce monstre qui a mutilé ton fils ?

Robert : Je l’avais oublié, ce maudit loup.

Le garde des Lannisters : Nous n’avons retrouvé aucune trace du loup géant, Majesté.

Robert : Bah ! Tant pis.

Cersei : Nous avons un autre loup...

Robert : Comme tu le voudras...

Ned : Tu n’y penses pas ?

Robert : C’est une bête fauve. Trouve-lui un chien, elle n’en sera que plus heureuse.

Sansa : Il ne veut pas dire Lady, n’est-ce pas ? Oh non, pas Lady. Lady n’a mordu personne !! Elle est gentille.

Arya : Elle n’était même pas là ! Laissez Lady tranquille !

Sansa : Empêchez-les de faire ça, je vous en supplie. Je vous en supplie ! Lady n’a rien fait !

Ned : C’est cela que vous m’ordonnez ?... Majesté ?

Cersei : Où est la bête ?

Le garde des Lannisters : A la porte. Enchaînée, Majesté.

Cersei : Messire Ilyn, à vous l’honneur...

Ned : Non. Jory... emmène les filles dans leur chambre... S’il faut le faire, c’est moi qui m’en chargerai.

Cersei : Serait-ce une de vos ruses ?

Ned :La louve vient du nord... elle mérite mieux qu’un boucher.

 

Ned : Le fils du boucher ? Tué du haut de ton cheval !?

Le Limier : Il courait... mais pas très vite.

Jorah Mormont : You need to drink, child. And eat.

Daenerys Targaryen : Isn't there anything else ?

Jorah Mormont : The Dothraki have two things in abundance : grass and horses. People can't live on grass. In the Shadow Lands beyond Asshai, they say there are fields of ghost grass with stalks as pale as milk that glow in the night. It murders all other grass. The Dothraki believe that one day it will cover everything. That's the way the world will end. It'll get easier.

 

Doreah : Khaleesi !

Irri : Your hands.

Jorah Mormont : We're still not far from Pentos, your Grace. Magister Illyrio has extended his hospitality. You'd be more comfortable there.

Viserys Targaryen : I have no interest in hospitality or comfort. I'll stay with Drogo until he fulfils his end of the bargain and I have my crown.

Jorah Mormont : As you wish, your Grace.

Viserys Targaryen : Well, Mormont, as brutish as this life is, I suppose it is preferable to beheading. What did Ned Stark want you for ? Buying from a slaver ?

Jorah Mormont : Selling to one... Some poachers I caught on my land.

Viserys Targaryen : Under my reign, you won't be punished for such nonsense. You can rest assured of that.

 

Joffrey Baratheon : Better-looking bitches than you're used to, Uncle. My mother's been looking for you. We ride for King's Landing today.

Tyrion Lannister : Before you go, you will call on Lord and Lady Stark and offer your sympathies.

Joffrey Baratheon : What good will my sympathies do them ?

Tyrion Lannister : None. But it is expected of you. Your absence has already been noted.

Joffrey Baratheon : The boy means nothing to me. And I can't stand the wailing of women.

Tyrion Lannister : One word and I'll hit you again.

Joffrey Baratheon : I'm telling mother !

Tyrion Lannister : Go ! Tell her. But first you will get to Lord and Lady Stark and you will fall on your knees in front of them and tell them how very sorry you are, that you are at their service, and that all your prayers are with them. Do you understand ?

Joffrey Baratheon : You can't...

Tyrion Lannister : Do you understand ?

Sandor Clegane : The Prince will remember that, little lord.

Tyrion Lannister : I hope so. If he forgets, be a good dog and remind him. Time for breakfast. Bread. And two of those little fish. And a mug of dark beer to wash it down. And bacon, burned black.

Jaime Lannister : Little brother.

Tyrion Lannister : Beloved siblings.

Myrcella Baratheon : Is Bran going to die ?

Tyrion Lannister : Apparently not.

Cersei Baratheon : What do you mean ?

Tyrion Lannister : The Maester says the boy may live.

Cersei Baratheon : It's no mercy, letting a child linger in such pain.

Tyrion Lannister : Only the gods know for certain. All the rest of us can do is pray. The charms of the north seem entirely lost on you.

Cersei Baratheon : I still can't believe you're going. It's ridiculous even for you.

Tyrion Lannister : Where's your sense of wonder ? The greatest structure ever built, the intrepid men of the Night's Watch, the wintry abode of the White Walkers.

Jaime Lannister : Tell me you're not thinking of taking the black.

Tyrion Lannister : And go celibate ? The whores would go begging from Dorne to Casterly Rock. I just want to stand on top of the Wall and piss off the edge of the world.

Cersei Baratheon : The children don't need to hear your filth. Come.

Jaime Lannister : Even if the boy lives, he'll be a cripple, a grotesque. Give me a good clean death any day.

Tyrion Lannister : Speaking for the grotesques, I'd have to disagree. Death is so final, whereas life... Life is full of possibilities. I hope the boy does wake. I'd be very interested to hear what he has to say.

Jaime Lannister : My dear brother, there are times you make me wonder whose side you're on.

Tyrion Lannister : My dear brother, you wound me. You know how much I love my family.

 

Cersei Baratheon : Please.

Catelyn Stark : I would have dressed, your Grace.

Cersei Baratheon : This is your home. I'm your guest. Handsome one, isn't he ? I lost my first boy, a little black-haired beauty. He was a fighter too... Tried to beat the fever that took him. Forgive me. It's the last thing you need to hear right now.

Catelyn Stark : I never knew.

Cersei Baratheon : It was years ago. Robert was crazed, beat his hands bloody on the wall, all the things men do to show you how much they care. The boy looked just like him. Such a little thing... A bird without feathers. They came to take his body away and Robert held me. I screamed and I battled, but he held me. That little bundle. They took him away and I never saw him again. Never have visited the crypt, never. I pray to the Mother every morning and night that she return your child to you.

Catelyn Stark : I am grateful.

Cersei Baratheon : Perhaps this time she'll listen.

 

Jaime Lannister : A sword for the wall ?

Jon Snow : I already have one.

Jaime Lannister : Good man. Have you swung it yet ?

Jon Snow : Of course I have.

Jaime Lannister : At someone, I mean. It's a strange thing, the first time you cut a man. You realize we're nothing but sacks of meat and blood and some bone to keep it all standing. Let me thank you ahead of time for guarding us all from the perils beyond the Wall... Wildlings and White Walkers and whatnot. We're grateful to have good, strong men like you protecting us.

Jon Snow : We've guarded the kingdoms for 8 000 years.

Jaime Lannister : Is it "we" already ? Have you taken your vows then ?

Jon Snow : Soon enough.

Jaime Lannister : Give my regards to the Night's Watch. I'm sure it will be thrilling to serve in such an elite force. And if not ? It's only for life.

 

Arya Stark : Thank you, Nymeria. Septa Mordane says I have to do it again. My things weren't properly folded, she says. Who cares how they're folded ?! They're going to get all messed up anyway.

Jon Snow : It's good you've got help.

Arya Stark : Watch. Nymeria, gloves.

Jon Snow : Impressive.

Arya Stark : Shut up. Nymeria, gloves !

Jon Snow : I have something for you. And it has to be packed very carefully.

Arya Stark : A present ?

Jon Snow : Close the door. This is no toy. Be careful you don't cut yourself.

Arya Stark : It's so skinny.

Jon Snow : So are you. I had the blacksmith make it for you special. It won't hack a man's head off, but it can poke him full of holes if you're quick enough.

Arya Stark : I can be quick.

Jon Snow : You'll have to work at it every day. How does it feel ? Do you like the balance ?

Arya Stark : I think so.

Jon Snow : First lesson: Stick them with the pointy end.

Arya Stark : I know which end to use.

Jon Snow : I'm going to miss you. Careful. All the best swords have names, you know.

Arya Stark : Sansa can keep her sewing needles. I've got a needle of my own.

 

Jon Snow : I came to say goodbye to Bran.

Catelyn Stark : You've said it.

Jon Snow : I wish I could be here when you wake up. I'm going north with Uncle Benjen. I'm taking the black. I know we always talked about seeing the Wall together, but you'll be able to come visit me at Castle Black when you're better. I'll know my way around by then. I'll be a sworn brother of the Night's Watch. We can go out walking beyond the Wall, if you're not afraid.

Catelyn Stark : I want you to leave. 17 years ago you rode off with Robert Baratheon. You came back a year later with another woman's son. And now you're leaving again.

Eddard Stark : I have no choice.

Catelyn Stark : That's what men always say when honor calls. That's what you tell your families, tell yourselves. You do have a choice. And you've made it. I can't do it, Ned. I really can't.

Eddard Stark : You can. You must.

 

Robb Stark : You've said goodbye to Bran ? He's not going to die. I know it.

Jon Snow : You Starks are hard to kill.

Robb Stark : My mother ?

Jon Snow : She was very kind.

Robb Stark : Good. Next time I see you, you'll be all in black.

Jon Snow : It was always my color.

Robb Stark : Farewell, Snow.

Jon Snow : And you, Stark.

 

Eddard Stark : There's great honor serving in the Night's Watch. The Starks have manned the Wall for thousands of years. And you are a Stark. You might not have my name, but you have my blood.

Jon Snow : Is my mother alive ? Does she know about me ? Where I am, where I'm going ? Does she care ?

Eddard Stark : The next time we see each other, we'll talk about your mother. I promise.

 

Robert Baratheon : Gods, this is country ! I've half a mind to leave them all behind and keep going.

Eddard Stark : I've half a mind to go with you.

Robert Baratheon : What do you say, just you and me on the Kingsroad, swords at our sides, a couple of tavern wenches to warm our beds tonight.

Eddard Stark : You should have asked me 20 years ago.

Robert Baratheon : There were wars to fight, women to marry... We never had the chance to be young.

Eddard Stark : I recall a few chances.

Robert Baratheon : There was that one... Oh, what was her name ? That common girl of yours ? Becca ? With the great big tits you could bury your face in.

Eddard Stark : Bessie. She was one of yours.

Robert Baratheon : Bessie ! Thank the gods for Bessie and her tits. Yours was... Aleena ? No. You told me once. Meryl ? Your bastard's mother ?

Eddard Stark : Wylla.

Robert Baratheon : That's it. She must have been a rare wench to make Lord Eddard Stark forget his honor. You never told me what she looked like.

Eddard Stark : Nor will I.

Robert Baratheon : We were at war. None of us knew if we were gonna go back home again. You're too hard on yourself. You always have been. I swear if I weren't your King, you'd have hit me already.

Eddard Stark : The worst thing about your coronation... I'll never get to hit you again.

Robert Baratheon : Trust me, that's not the worst thing. There was a rider in the night.

Eddard Stark : Daenerys Targaryen has wed some Dothraki horselord. What of it ? Should we send her a wedding gift ?

Robert Baratheon : A knife perhaps, a good sharp one, and a bold man to wield it.

Eddard Stark : She's little more than a child.

Robert Baratheon : Soon enough that child will spread her legs and start breeding.

Eddard Stark : Tell me we're not speaking of this.

Robert Baratheon : Oh, it's unspeakable to you ? What her father did to your family... That was unspeakable. What Rhaegar Targaryen did to your sister... the woman I loved. I'll kill every Targaryen I get my hands on.

Eddard Stark : But you can't get your hands on this one, can you ?

Robert Baratheon : This Khal Drogo, it's said he has 100 000 men in his horde.

Eddard Stark : Even a million Dothraki are no threat to the realm, as long as they remain on the other side of the Narrow Sea. They have no ships, Robert.

Robert Baratheon : There are still those in the Seven Kingdoms who call me Usurper. If the Targaryen boy crosses with a Dothraki horde at his back, the scum will join him.

Eddard Stark : He will not cross. And if by chance he does, we'll throw him back into the sea.

Robert Baratheon : There's a war coming, Ned. I don't know when, I don't know who we'll be fighting, but it's coming.

 

Benjen Stark : Sit. You'll be fed. Untie them.

Tyrion Lannister : Rapers. They were given a choice no doubt... Castration or the Wall. Most choose the knife. Not impressed by your new brothers ? Lovely thing about the Watch... You discard your old family and get a whole new one.

Jon Snow : Why do you read so much ?

Tyrion Lannister : Look at me and tell me what you see.

Jon Snow : Is this a trick ?

Tyrion Lannister : What you see is a dwarf. If I'd been born a peasant they might've left me out in the woods to die. Alas, I was born a Lannister of Casterly Rock. Things are expected of me. My father was the Hand of the King for 20 years.

Jon Snow : Until your brother killed that King.

Tyrion Lannister : Until my brother killed him. Life is full of these little ironies. My sister married the new King and my repulsive nephew will be King after him. I must do my part for the honor of my house, wouldn't you agree ? But how ? Well, my brother has his sword and I have my mind. And a mind needs books like a sword needs a whetstone. That's why I read so much. And you ? What's your story, bastard ?

Jon Snow : Ask me nicely and maybe I'll tell you, dwarf.

Tyrion Lannister : A bastard boy with nothing to inherit, off to join the ancient order of the Night's Watch, alongside his valiant brothers-in-arms.

Jon Snow : The Night's Watch protects the realm from...

Tyrion Lannister : Yes yes, against grumpkins and snarks and all the other monsters your wet nurse warned you about. You're a smart boy. You don't believe that nonsense. Everything's better with some wine in the belly.

 

Maester Luwin : It's time we reviewed the accounts, my lady. You'll want to know how much this royal visit has cost us.

Catelyn Stark : Talk to Poole about it.

Maester Luwin : Poole went south with Lord Stark, my lady. We need a new steward, and there are several other appointments that require our immediate attention...

Catelyn Stark : I don't care about appointments !

Robb Stark : I'll make the appointments. We'll talk about it first thing in the morning.

Maester Luwin : Very good, my Lord. My Lady.

Robb Stark : When was the last time you left this room ?

Catelyn Stark : I have to take care of him.

Robb Stark : He's not going to die, mother. Maester Luwin says the most dangerous time has passed.

Catelyn Stark : What if he's wrong ? Bran needs me.

Robb Stark : Rickon needs you. He's six. He doesn't know what's happening. He follows me around all day, clutching my leg, crying...

Catelyn Stark : Close the windows ! I can't stand it ! Please make them stop !

Robb Stark : Fire. You stay here. I'll come back.

Man : You're not supposed to be here. No one is supposed to be here. It's a mercy. He's dead already.

Catelyn Stark : No !

 

Daenerys Targaryen : Have you ever seen a dragon ?

Irri : Dragon gone, Khaleesi.

Daenerys Targaryen : Everywhere ? Even in the east ?

Irri : No dragon. Brave men kill them. It is known.

Jhiqui : It is known.

Doreah : A trader from Garth told me that dragons come from the moon.

Daenerys Targaryen : The moon ?

Doreah : He told me the moon was an egg, Khaleesi, that once there were two moons in the sky. But one wandered too close to the sun and it cracked from the heat. Out of it poured a thousand thousand dragons and they drank the sun's fire.

Irri : Moon is no egg. Moon is goddess... wife of sun. It is known.

Jhiqui : It is known.

Daenerys Targaryen : Leave me with her. Why did the trader from Garth tell you these stories ?

Doreah : Men like to talk when they're happy. Before your brother bought me for you, it was my job to make men happy.

Daenerys Targaryen : How old were you ?

Doreah : I was nine when my mother sold me to the pleasure house.

Daenerys Targaryen : Nine ?!

Doreah : I did not touch a man for three years, Khaleesi. First you must learn.

Daenerys Targaryen : Can you teach me how to make the Khal happy ?

Doreah : Yes.

Daenerys Targaryen : Will it take three years ?

Doreah : No.

 

Benjen Stark : Welcome.

 

Catelyn Stark : What I am about to tell you must remain between us. I don't think Bran fell from that tower. I think he was thrown.

Maester Luwin : The boy was always sure-footed before.

Catelyn Stark : Someone tried to kill him twice. Why ? Why murder an innocent child ? Unless he saw something he wasn't meant to see.

Theon Greyjoy : Saw what, my lady ?

Catelyn Stark : I don't know. But I would stake my life the Lannisters are involved. We already have reason to suspect their loyalty to the crown.

Rodrick Cassel : Did you notice the dagger the killer used ? It's too fine a weapon for such a man. The blade is Valyrian steel, the handle dragonbone. Someone gave it to him.

Robb Stark : They come into our home and try to murder my brother ? If it's war they want...

Theon Greyjoy : If it comes to that, you know I'll stand behind you.

Maester Luwin : What, is there going to be a battle in the Godswood ? Too easily words of war become acts of war. We don't know the truth yet. Lord Stark must be told of this.

Catelyn Stark : I don't trust a raven to carry these words.

Robb Stark : I'll ride to King's Landing.

Catelyn Stark : No. There must always be a Stark in Winterfell. I will go myself.

Robb Stark : Mother, you can't.

Catelyn Stark : I must.

Rodrick Cassel : I'll send Hal with a squad of guardsmen to escort you.

Catelyn Stark : Too large a party attracts unwanted attention. I don't want the Lannisters to know I'm coming.

Rodrick Cassel : Let me accompany you at least. The Kingsroad can be a dangerous place for a woman alone.

Robb Stark : What about Bran ?

Catelyn Stark : I have prayed to the Seven for more than a month. Bran's life is in their hands now.

 

Doreah : No, Khaleesi. You must look in his eyes always. Love comes in at the eyes. It is said that Irogenia of Lys could finish a man with nothing but her eyes.

Daenerys Targaryen : Finish a man ?

Doreah : Kings traveled across the world for a night with Irogenia. Magisters sold their palaces. Khals burned her enemies just to have her for a few hours. They say a thousand men proposed to her and she refused them all.

Daenerys Targaryen : Well, she sounds like an interesting woman. I don't think that Drogo will like it with me on top.

Doreah : You will make him like it, Khaleesi. Men want what they've never had. And the Dothraki take slaves like a hound takes a bitch. Are you a slave, Khaleesi ? Then don't make love like a slave. Very good, Khaleesi. Out there he is the mighty Khal, but in this tent, he belongs to you.

Daenerys Targaryen : I don't think that this is the Dothraki way.

Doreah : If he wanted the Dothraki way, why did he marry you ?

Daenerys Targaryen : No. No. Tonight I would look upon your face.

 

Sansa Stark : Pardon me, Ser.

Sandor Clegane : Do I frighten you so much, girl ? Or is it him there making you shake ? He frightens me too. Look at that face.

Sansa Stark : I'm sorry if I offended you, Ser. Why won't he speak to me ?

Sandor Clegane : He hasn't been very talkative these last 20 years. Since the mad King had his tongue ripped out with hot pincers.

Joffrey Baratheon : He speaks damn well with his sword though. Ser Ilyn Payne, the King's justice. The royal executioner. What is it, sweet lady ? Does the hound frighten you ? Away with you, dog. You're scaring my lady. I don't like to see you upset. The sun is finally shining. Come walk with me.

Sansa Stark : Stay, Lady. I probably shouldn't have any more. Father only lets us have one cup at feasts.

Joffrey Baratheon : My princess can drink as much as she wants. Don't worry... You're safe with me.

Mycah : I'll get you !

Sansa Stark : Arya !

Arya Stark : What are you doing here ? Go away.

Joffrey Baratheon : Your sister ? And who are you, boy ?

Mycah : Mycah, my Lord.

Sansa Stark : He the butcher's boy.

Arya Stark : He's my friend.

Joffrey Baratheon : A butcher's boy who wants to be a Knight, eh ? Pick up your sword, butcher's boy. Let's see how good you are.

Mycah : She asked me to, my Lord. She asked me to.

Joffrey Baratheon : I'm your prince, not your lord, and I said pick up your sword.

Mycah : It's not a sword, my prince. It's only a stick.

Joffrey Baratheon : And you're not a Knight. Only a butcher's boy. That was my lady's sister you were hitting, do you know that ?

Arya Stark : Stop it !

Sansa Stark : Arya, stay out of this.

Joffrey Baratheon : I won't hurt him... Much. Filthy little bitch !

Sansa Stark : No no, stop it, stop it, both of you. You're spoiling it. You're spoiling everything !

Joffrey Baratheon : I'll gut you, you little cunt !

Sansa Stark : Arya !

Arya Stark : Nymeria !

Joffrey Baratheon : Please don't.

Sansa Stark : Arya, leave him alone. My prince, my poor prince, look what they did to you. Stay here, I'll go back to the inn and bring help.

Joffrey Baratheon : Then go ! Don't touch me.

 

Soldier 1 : The wolf's not here. Look down by the stream.

Arya Stark : You've got to go. They'll kill you for what you did to Joffrey. Go on... run. Go ! Leave now !

Soldier 2 : It's a direwolf.

Soldier 1 : I'll check down here.

Soldier 2 : I think I heard a noise.

Arya Stark : Go !

Jory Cassel : My lord ! My lord ! They found her. She's unharmed.

Eddard Stark : Where is she ?

Jory Cassel : She's been taken directly before the King.

Eddard Stark : Who took her ?

Jory Cassel : The Lannisters found her.

Eddard Stark : Right, get back.

Jory Cassel : The Queen ordered them to bring her straight to him.

Eddard Stark : Back ! Back to the inn. All back !

 

Arya Stark : I'm sorry.

Eddard Stark : Are you hurt ?

Arya Stark : No.

Eddard Stark : It's all right. What is the meaning of this ? Why was my daughter not brought to me at once ?

Cersei Baratheon : How dare you speak to your King in that manner ?

Robert Baratheon : Quiet, woman. Sorry, Ned. I never meant to frighten the girl. But we need to get this business done quickly.

Cersei Baratheon : Your girl and that butcher's boy attacked my son. That animal of hers nearly tore his arm off.

Arya Stark : That's not true ! She just... Bit him a little. He was hurting Mycah.

Cersei Baratheon : Joff told us what happened. You and that boy beat him with clubs while you set your wolf on him.

Arya Stark : That's not what happened !

Joffrey Baratheon : Yes it is ! They all attacked me and she threw my sword in the river.

Arya Stark : Liar !

Joffrey Baratheon : Shut up !

Robert Baratheon : Enough ! He tells me one thing, she tells me another. Seven hells ! What am I to make of this ? Where's your other daughter, Ned ?

Eddard Stark : In bed asleep.

Cersei Baratheon : She's not. Sansa, come here, darling.

Robert Baratheon : Now, child... Tell me what happened. Tell it all and tell it true. It's a great crime to lie to a King.

Sansa Stark : I don't know. I don't remember. Everything happened so fast. I didn't see.

Arya Stark : Liar ! Liar liar liar !

Sansa Stark : Arya !

Eddard Stark : Stop it ! That's enough of that.

Arya Stark : Liar liar liar !

Eddard Stark : Stop ! Arya !

Cersei Baratheon : She's as wild as that animal of hers. I want her punished.

Robert Baratheon : What would you have me do, whip her through the streets ? Damn it, children fight. It's over.

Cersei Baratheon : Joffrey will bear these scars for the rest of his life.

Robert Baratheon : You let that little girl disarm you ? See to it that your daughter is disciplined. I'll do the same with my son.

Eddard Stark : Gladly, your Grace.

Cersei Baratheon : And what of the direwolf ? What of the beast that savaged your son ?

Robert Baratheon : I'd forgot the damned wolf.

Soldier : We found no trace of the direwolf, your Grace.

Robert Baratheon : So be it.

Cersei Baratheon : We have another wolf.

Robert Baratheon : As you will.

Eddard Stark : You can't mean it.

Robert Baratheon : A direwolf's no pet. Get her a dog. She'll be happier for it.

Sansa Stark : He doesn't mean Lady, does he ? No no, not Lady ! Lady didn't bite anyone ! She's good !

Arya Stark : Lady wasn't there ! You leave her alone !

Sansa Stark : Stop them. Don't let them do it. Please ! It wasn't Lady !

Eddard Stark : Is this your command... your Grace ?

Cersei Baratheon : Where is the beast ?

Soldier : Chained up outside, your Grace.

Cersei Baratheon : Ser Ilyn, do me the honor.

Eddard Stark : No. Jory... Take the girls to their rooms. If it must be done, then I'll do it myself.

Cersei Baratheon : Is this some trick ?

Eddard Stark : The wolf is of the north. She deserves better than a butcher. The butcher's boy... You rode him down ?

Sandor Clegane : He ran... Not very fast.

 

 

 

Script VO issu des sous-titres réalisés par [email protected] (merci à eux).

Disponible sur www.seriessub.com

Kikavu ?

Au total, 225 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Kika49 
23.03.2020 vers 23h

Nanou14 
08.12.2019 vers 22h

bibifanser 
13.09.2019 vers 16h

hazalhia7 
13.09.2019 vers 16h

wella 
25.04.2019 vers 09h

Sas1608 
17.04.2019 vers 14h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
2acteurs de Game of thrones chez Tolkien

2acteurs de Game of thrones chez Tolkien
Amazon vient de dévoiler le casting de la future série Le Seigneur des Anneaux.  Deux acteurs de la...

Sondage

Sondage
Un nouveau sondage a été mis en place et vous demande autour de quel personnage pourrait tourner...

Un spin-off à la place d'un autre...

Un spin-off à la place d'un autre...
HBO vient d'annoncer que le spin-off "Bloodmoon", qui devait se dérouler plusieurs milliers d'années...

Lena Headey chez Oliver Twist

Lena Headey chez Oliver Twist
Le célèbre roman de Charles Dickens, "Oliver Twist" est de nouveau adapté au cinéma par la chaîne...

Emmy Awards 2019

Emmy Awards 2019
La 71ème édition des Emmy Awards s'est déroulée le 22 septembre 2019. Game of Thrones a remporté le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Sydney, Hier à 21:25

Nouveau calendrier disponible quartier The Vampire Diaries !

CastleBeck, Hier à 22:44

Sur Lethal Weapon, Anne With An E, Castle et This Is Us aussi, il y a de nouveaux calendriers. Bonne soirée à vous!

Luna25, Aujourd'hui à 01:07

Nouveau calendrier sur le quartier Legends of tomorrow !

Luna25, Aujourd'hui à 01:07

Vous pouvez aussi y départager les différents Lex Luthors apparus dans les séries !

pretty31, Aujourd'hui à 02:08

Animation de Pâques + calendrier sur HypnoClap, nouveaux calendriers sur Glee, Skins et Haven ! A très vite

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Retrouvez la chaine Hypnoweb.net
sur Blasting News